France is in the air

VISION ET VIOLENCE

Est-ce le manque de vision ou l’incapacité à la partager qui génère l’absence de dialogue social et la violence ? Faut-il et peut-on lutter contre l’ultra-libéralisme ? Le Politique et l’Economique sont-ils devenus des complices ? Les récents événements chez Air France font écho à un mal-être français, et plus largement aux dérives du capitalisme.

Oui, depuis les années 80 un redéploiement ultra-libéral touche progressivement les populations des pays développés. Un rouleau compresseur enclenché par l’arrivée de dirigeants comme Margaret Tatcher ou Ronald Reagan, la chute de l’URSS, la mondialisation sauvage, la prédominance des multinationales sur les états…

Alors oui, il faut mettre en miroir la regrettable brutalité physique infligée à des cadres dirigeants d’Air France avec la violence subie par des milliers de salariés menacés de licenciement.

Air-France-France-is-in-The-Air

Oui vraiment, les incroyables propos tenus par le PDG Alexandre de Juniac (lors des « Entretiens de Royaumont » le 7 décembre 2014), semblant regretter que les grévistes en France ne soient pas envoyés en prison contrairement au Qatar, sont d’une indécence très éloignée des valeurs de la Compagnie Air France qui a toujours eu, jusqu’à présent, du respect pour ses salariés. Un grand moment que ce discours de 22’, d’une suffisance stupéfiante, au cours duquel de Juniac donne le sentiment de s’autodétruire à coup de délires sur le droit du travail et les acquis sociaux, inepties démontrant d’une part son incapacité à partager avec « ses troupes » sa vision pour Air France, tout en dévoilant d’autre part sa vision noire de l’avenir. Comme si la seule solution était la régression, le « moins-disant » social. « La faute à la mondialisation », point barre. Bien sûr, la concurrence est mondiale et féroce, parfois déloyale. D’accord les syndicats (notamment le SNPL) sont durs, voire obtus. Mais à aucun moment Alexandre de Juniac ne parlera d’innovation. Pas une minute.

Alexandre de Juniac

On est finalement moins étonné par l’irresponsable intervention de Jean-Luc Mélanchon ce mardi matin sur RMC, faisant référence à Air France et poussant tous les salariés du pays à la violence.

Bref, de tous les côtés, politique comme économique, on est souvent confronté à cette absence de vision, ou à cette incapacité à fédérer autour d’une vision et des valeurs. Avec pour conséquences un dialogue de sourd entre Directions et syndicats, et une porte ouverte aux populismes et à la violence. Pourtant, quels que soient les sujets, économiques, sociaux ou culturels, pour construire son avenir notre pays a besoin de se parler. Pas de s’insulter.




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre