Alpine-SUV

UN SUV ALPINE !

L’Alpine Vision vient tout juste d’être présentée et on parle déjà de la suite : un roadster et surtout un SUV. Infos et analyse.

OK, ne nous emballons pas, et comme l’a dit Laurens van den Acker (directeur du design Renault) : « Réussissons la première Alpine et après j’espère dessiner des Alpine pour le reste de ma vie. »

Mais comment ne pas penser à l’avenir, à une suite logique pour Alpine ? Alpine est-elle ammenée à n’être qu’un modèle ou à devenir une marque ? Carlos Ghosn a-t-il juste donné son feu vert pour un revival de la berlinette A110 ? Ce serait étonnant, compte-tenu du potentiel. Les constructeurs japonais ont bien créé des marques premium à partir de rien… Nissan a Infiniti, Renault aura Alpine !

Décapsuler l’Alpine A120 (si tel est son nom) constituerait une opération relativement simple, à même d’apporter une variante intéressante et un surcroit de volume, comme chez Alfa (4C coupé et spider) Lotus (Elise et Exige) ou Porsche (718 Boxster ou Cayman). C’est l’exercice de style réalisé par Theophilus Chin, un as du photoshop. Pas mal, non ?! Mais il est probable qu’Alpine concentre avant tout ses efforts sur un SUV…

Alpine-roadster

Un SUV apporterait en effet un volume potentiel considérable, bien plus important que celui de la nouvelle berlinette. L’Auto-Journal (ma bible depuis l’âge de huit ans !) consacre deux pages à ce projet non confirmé dans son dernier numéro sorti le 18 février (belle illustration de Jean-François Hubert). A part Ferrari et les « artisants », quelle marque automobile peut envisager aujourd’hui de ne pas proposer un SUV dans sa gamme ? Même le petit constructeur Lotus, qui a vendu à peine plus de 2.300 coupés et roadsters l’an passé, veut son SUV. Mais son propriétaire Proton (appartenant à un conglomérat malaisien) doit trouver des partenaires pour concrétiser ce projet…

A contrario, Renault peut le faire, et très vite. Le constructeur en a les moyens financiers, technologiques et industriels. Il peut s’appuyer soit sur sa plateforme CMF-C/D (Espace 5 et Kadjar) et sur son partenaire historique Nissan (transmission intégrale), soit sur Daimer avec la base technique du Mercedes GLA AMG.

Alpine-SUV

Imaginez un SUV Alpine un peu plus compact qu’un Porsche Macan, plus léger et moins cher, avec une transmission intégrale Nissan ou plus probablement Mercedes, et pourquoi pas le 4Control Renault ! Le tout animé par le moteur 1,8 du coupé Alpine (250 et 300ch), et en entrée de gamme par le 1,3 turbo (environ 200ch) en cours de développement avec Mercedes. Ces synergies abaisseraient significativement le ticket d’entrée, pour un prix d’accroche autour de 40.000€.

Quand Laurens van den Acker dit que « L’A110 est à Alpine ce que la 911 est à Porsche », ce n’est ni innocent ni présomptueux. C‘est le constat d’un potentiel et une ambition. Car la cible ou plutôt l’exemple à suivre, c’est bien Porsche.

Il n’y a d’ailleurs aucune raison pour que la France, leader mondial du luxe et pays majeur dans l’industrie automobile, n’ait pas sa marque « sport premium ». Le chemin est long, il faut de l’ambition et de la constance, mais impossible n’est pas français !

Retrouvez l’article complet consacré à l’Alpine Vision ici : LA BELLE VISION D’ALPINE




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre