Le-116-Pages

TOP BURGER ET RESTO JAPONAIS

On ne présente plus « Merci Alfred », le site copain-spécialiste-des-bons-plans qui nous envoie un email deux fois par semaine, avec le meilleur du Paris planqué. Sa trouvaille de la semaine : le 116, un restaurant japonais près de l’Etoile. L’excellent site « Lefooding.com » adore aussi le 116, mais pas pour les mêmes raisons… Textes croisés !

Texte de Merci Alfred : une viande trop bonne pour un burger ?

Le Wagyu, c’est une race de boeuf japonais très réputée. Super persillée, très fondante… les amateurs considèrent d’habitude qu’elle est beaucoup trop bonne pour la mettre dans un hamburger. Comment ça, trop bonne pour un burger ? On est d’accord : c’est absurde. Et Ryuji Teshima, le patron du 116, est comme nous. Alors il a créé ce que personne n’avait osé avant lui : le wagyu burger. Il suffit de goûter pour comprendre que oui, c’est une tuerie. Sa viande, il la fait venir directement de chez son voisin au Japon – un des meilleurs éleveurs du pays, qui nourrit ses bêtes de paille de riz et de bière. Et entre deux steaks, il fait défiler sur son bincho (grill japonais) quelques stars des grillades : poulpe de Galice, porc ibérique, confit de canard de Challans, turbot de ligne… Sans oublier ses tapas gastronomiques à partir de 3 euros. Enfin une bonne raison d’être rentré.

Merci Alfred : http://www.mercialfred.com/index.html

Le 116 par Merci Alfred

Le 116 par Merci Alfred

Texte de Lefooding.com : le 16ème chaud comme la braise !

Pages, le nippogastro de l’Etoile, a désormais pour petit frère un drôle de numéro : 116. Pour comprendre, il suffit de déplier l’origami des jeux de mots du chef Ryuji Teshima, dit Teshi. Car à l’oreille japonaise, prononcer « 116 » en laissant traîner la finale s’entend comme… « pas de perte » ! Ce qui donne, plus concrètement, un loft du dernier chic, au sol cimenté, moellons gratouillés jusqu’à l’os, tables en bois, chaises de réfectoire, cartes sur kraft et grandes ardoises. A fréquenter au petit déj’ (bien français, à 7,50 €), à midi (joli choix de donburi et classieux menu du jour : salade de poulet frit, mozza et crudités, thon rouge snacké et légumes grillés, salade de fruits), et surtout le soir… Lorsque Le 116 ranime les braises rougeoyantes du sumibiyaki (barbecue) au rare charbon Binchotan, et envoie sur céramiques Mami un tentacule de poulpe grillé à la chair attendrie, un calamar saisi à point, trait de citron et feuilles de persil, une ventrèche de saumon d’Ecosse ou de porc ibérique, une poulette du Pâtis, et de très belles pièces de bœuf wagyu Ozaki servies avec légumes grillés et « frites maison » – de gros quartiers de bintje cuits à l’eau, farinés et mis en friture. La carte des vins campe sur le naturel, avec une quinzaine de vins au verre (roussillon Blanc Bec de Rivaton à 5,90 €, loire Gama-Sutra de Lemasson à 5,50 €) et une bonne cinquantaine de bouteilles (ardèche En Avant Doute de Jouret à 24 €, jura Enfant Terrible de Ganevat à 53 €). Sans oublier les bières (belge Karmeliet, écossaise Punk IPA, de 5 à 7,90 €) et pas mal de whiskies japonais (très rond Nikka From the Barrel à 12 €, très tourbé Hakushu à 14 €). Donburi 15 € et menu 19-24 € (midi), happy hour (une tapas offerte avec un verre, de 17h30 à 19h30), plats 5 à 38 € (soir). // Dominique Couvreur.

Le Fooding : http://lefooding.com/fr

Le 116 par Lefooding.com

Le 116 par Lefooding.com

Bref, que vous aimiez les burgers ou les poulpes, ça donne envie d’aller y faire un tour, non ?!

  • Le 116 : 2, rue Auguste Vacquerie, Paris 16e
  • Tel : 01 47 20 10 45
  • Ouvert du lundi au vendredi de 8h à 15h et de 17h30 à 23h.



Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre