Couverture Range Rover

TOP 20 AUTO DU 20ÈME SIÈCLE (4/4)

Voici le quatrième et dernier épisode du TOP 20/20/20, une sélection de 20 voitures du 20ème siècle que l’on peut acquérir aujourd’hui pour 20 K€ maximum. Les critères de sélection sont décrits dans le premier article. Nous finissons en beauté avec une anglaise, une française, une allemande et deux suédoises !

Range Rover Classic

Range Rover Classic

RANGE ROVER (1970 – 1996)

Le Range Rover a fêté ses 45 ans le mois dernier… S’il fait sensation lors de son lancement en juin 1970, c’est d’abord parce qu’il est le premier tout-terrain de « luxe », le pionnier des SUV (quatre roues motrices en permanence). Jusqu’alors, les 4X4 étaient des engins rustiques à vocation purement utilitaire. Mais si le Range « Classic » est devenu une légende de l’automobile, c’est qu’en plus d’avoir créé un nouveau segment, son design est un manifeste moderniste et British. Le dessin est signé par David Bache (qui a dessiné de superbes Rover, dont la SD1), sur la base des esquisses de Gordon Bashford et Spen King. Il fallait probablement être britannique pour penser à ce concept, et surtout pour le réaliser avec une telle classe inimitable. Si le Range est un 4X4 de luxe à son lancement, il faut reconnaître que les modèles des 70’s paraissent bien dépouillés au 21ème siècle. Ils valent le coup pour leur caractère historique et leur confort, mais leur bon vieux V8 3.5 d’origine Buick ne développe que 135ch tout en consommant comme un sumo (25L/100km). Alors quelles versions choisir ? Entre les 3 portes et les 5 portes, à vous de voir, question de goût et d’usage, même si les puristes privilégient la 3 portes. En ce qui concerne les motorisations, évitez les Diesel, qui ne sont pas à la hauteur du mythe. « A pain in the ass ! ». A partir de 1986, les modèles sont mieux équipés et le 3.5 à passe à l’injection (165ch). Pas mal, mais le 3.9 de 180ch a ma préférence, tandis que les sophistiquées Vogue SE 4.3 (200ch et suspensions pneumatique) produites de 1992 à 1996 représentent le summum, que les vendeurs souhaitent vous faire payer bien cher aujourd’hui (jusqu’à 20.000€ et plus). Cela dit, un Range coûte cher à entretenir et les prix varient beaucoup en fonction de l’état… Avec 10.000€ environ, vous accéderez à un beau Range Vogue 3.9 (180ch) et surtout à l’art de vivre britannique par excellence !

Pas de club national à ma connaissance mais des infos ici : http://landroverclubdefrance.over-blog.com

Renault 5 Alpine Turbo

Renault 5 Alpine Turbo

RENAULT 5 ALPINE TURBO (1981 – 1984)

La Renault 5 apporte un vent de fraicheur et de modernité en 1972. Souvenez vous (si vous en avez l’âge !), à cette époque la France vend principalement des 204, des 2CV, des 4L… Avec son design (signé Michel Boué) fluide inspirant la sympathie, la praticité de son hayon et ses innovants boucliers en polyester, la R5 démode d’entrée de jeu la Peugeot 104 qui n’est même pas encore sortie ! Elle sera d’ailleurs la voiture la plus vendue en France pendant 10 ans. Lorsque Volkswagen lance la Golf en 1974, c’est une autre histoire… Pour lutter contre la fameuse GTI, Renault lance en 1976 une version sportive 1.4 à carburateur double corps baptisée R5 Alpine. Une bonne auto, mais ses 93ch ne sont pas de taille. Les années 80 marquent le début de l’ère du Turbo (Saab, Audi, Volvo, Renault en F1…) et il faudra donc attendre 1981 avec l’adjonction du turbo Garrett T3 pour que la R5 Alpine Turbo égale en puissance sa rivale allemande (110ch). Si la motricité et la commande de boite ne sont pas au top, le plaisir est au rendez-vous avec une tenue de route saine, un freinage efficace et une conduite jouissive grâce à « l’effet turbo ». Les turbos de l’époque ont un temps de réponse assez lent, mais quand ça commence à souffler vous avez à peu près le même sourire qu’un enfant avec son jouet préféré ! Et la puce abat le 0 à 100km/h en 9 secondes… Aujourd’hui, la R5 Alpine Turbo est un vrai collector. Les modèles en bon état son rares et cotent 7.000€ environ. Au même tarif, vous pourrez trouver plus facilement la Super 5 GT Turbo qui lui a succédée en 1984 (jusqu’en 1990, lancement de Clio). Peut-être un peu moins charmante que la R5, mais la Supercinq est comme son nom l’indique une « 5 » en mieux !

Club R5 : http://clubr5.forumpro.fr

Saab 900 Classic

Saab 900 Classic

SAAB 900 (1979 – 1993)

Saab fait partie des constructeurs automobiles « à part », avec un ADN fort, immédiatement identifiable. Malgré (et parfois grâce à) des moyens limités à l’échelle de l’industrie automobile, Saab a utilisé ses racines aéronautiques pour proposer au marché une approche originale, à coup d’innovations technologiques et surtout conceptuelles. Avec l’ergonomie, la sécurité et la fiabilité comme principes fondateurs. Lancée en 1979, la Saab 900 ne peut renier sa filiation avec la Saab 99 de 1968, belle et innovante mais qui a connu une carrière internationale discrète. Commercialisée sous différentes carrosseries (2, 3, 4 et 5 portes berline et coupé, cabriolet), la 900 restera comme le modèle emblématique du petit constructeur suédois, avec plus de 900.000 véhicules vendus en 15 ans. Sous la direction du designer Björn Envall, la Saab 900 fut dessinée dans une perspective ergonomique et fonctionnelle. Au risque de m’emballer un peu, je dirais même qu’elle est un monument du design fonctionnaliste : surfaces de carrosserie facilitant le dégagement de la neige, boutons de commande accessibles aux mains habillées de moufles, clé de contact à côté du levier de vitesses, champ visuel élargi, console orientée vers le conducteur, coffre immense… jusqu’aux pictogrammes des commandes : tout fut étudié pour apporter un maximum de facilité d’utilisation au conducteur et améliorer la sécurité. Les piliers plus solides que la normale empêchaient le toit de s’écraser en cas de retournement et l’épaisseur de l’acier avait été étudiée pour encaisser le choc avec un élan ! Si la 900 connaitra de nombreuses évolutions tout au long de sa carrière, on retiendra ici le restylage de 1987 qui lui fera perdre son « flat nose ». Quelle version privilégier parmi tous les modèles ? Je les aime toutes, mais je fais un choix classique pour cette voiture anticonformiste : ma préférence va au coupé 3 portes (c’est la version la plus répandue en France), avec un moteur turbo (bien plus fun que les moteurs « atmo »). La Saab 900 S (145ch) est très bon choix, avec son turbo basse pression qui privilégie la consommation et le couple à bas régime. Les Turbo 16 jouent la carte de la performance : 175ch, voire 185ch avec le fameux « boitier rouge » ! Le spectre des tarifs est large et la cote s’emballe un peu ces deniers temps. Cela dit, 5.000 à 10.000€ pour rouler dans une automobile fiable, confortable, pratique, unique et anticonformiste, c’est pas cher !

Le club des SAABistes francophones : http://www.saabsportclub.com

Volkswagen Golf Cabriolet

Volkswagen Golf Cabriolet

VOLKSWAGEN GOLF CABRIOLET (1979 – 1993)

La légendaire première Golf lancée en 1974 et dessinée par Giugiaro a dû attendre cinq années avant d’être décapsulée par Karmann. Mais quel résultat ! On n’a même pas envie de lui reprocher son arceau de sécurité la faisant un peu ressembler à un panier de fraise (surnom donné par ses concepteurs !)… Le cabriolet Golf est beau parce que la Golf est belle. Une beauté simple, pas vraiment sensuelle mais « évidente », avec ses proportions parfaites et ses lignes tendues qui la rendent intemporelle. Du coup, le cabriolet vivra sa propre vie, ignorant la deuxième génération de Golf, pour s’offrir tel quel pendant 14 ans à près de 400.000 heureux clients, jusqu’au lancement de la troisième génération en 1994. D’abord proposée avec le 1.5 de 70ch ou le 1.6 à injection de la GTI (110ch), la Golf cabriolet passe au 1.8 de 112ch en 1983, décliné dans une version plus sage (95ch) à catalyseur à partir de 1984. Un très léger restylage est opéré pour le millésime 1988, consistant principalement au remplacement des pare-chocs par des boucliers, petit détail modernisant la ligne juste ce qu’il faut. Toutes les versions sont intéressantes, même si bien sûr les GLI sont plus excitantes. Pour 4.000 à 6.000€, vous pourrez rouler au quotidien, cheveux au vent, dans un futur collector !

Le club : http://www.golf1cabriolet.com

Volvo 245 Turbo

Volvo 240 Turbo

VOLVO 245 (1974 – 1993)

Comme pour quelques autres constructeurs, il ne m’a pas été facile de choisir un modèle dans la gamme Volvo du 20ème siècle. Je vous aurais bien parlé des originaux breaks de chasse 1800ES ou 480, ou encore de l’élégant et méconnu 780. J’aurais aussi volontiers mis en avant la 850, à l’origine du changement d’image des grosses Volvo (un peu jeune dans le cadre de cet article). Mais finalement, comment ne pas évoquer l’emblématique 245 (ou 240 Break), l’archétype mondial du break ? Un physique d’armoire normande (designer Jan Wilsgaard), une sorte de déménageur indestructible… Volvo était à l’époque le leader mondial de la sécurité passive et ça se voit ! Etroitement dérivée de la 144 de 1966, la série 240 est lancée en 1974 et sera déclinée en berline, break et coupé sur quatre générations. Elle détient toujours le record de vente de Volvo, avec près 2,7 millions d’exemplaires dont près d’un million pour le seul break. Il est prénommé 245 pendant les trois premières séries (de 1974 à 1983), puis rebaptisé 240 Break pour la 4ème série, commercialisée jusqu’en 1993. Les motorisations sont très « tranquilles » : à peine 100ch avant la phase 3 en 1980, alors les 2.1 (GLE) et 2.3 (GLT) passent à l’injection (123ch et 136ch). Mais en 1981, Volvo s’encanaille et sort le premier break essence turbo : le 2.1 développe 155ch et même 180ch avec l’intercooleur disponible au rayon accessoires ! Quoiqu’il en soit, on achète pas un break Volvo de cette époque pour ses performances… Cela viendra plus tard, dans les années 90, avec le 850… Il est aujourd’hui assez difficile de trouver un break 240 en France : le gros des fans et du vivier se trouve en Belgique, en Hollande ou en Allemagne : à partir 3.000€ et jusqu’à 10.000€ suivant la version et l’état. L’alternative ? Les breaks 740/760 (1982 à 1992) dont le style, toujours signé Jan Wilsgaard (comme la plupart des Volvo des 60’s au début des 90’s), est plus encore que la série 240 une véritable ode au cubisme !

Le club français : http://www.volvoclubdefrance.com

Voilà, c’est la fin de ce TOP 20 du 20ème siècle… J’espère que vous y avez trouvé un peu d’inspiration, ou redécouvert des autos oubliées !




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre