Rétromobile-2016

RÉTROMOBILE, ENTRE PASSION ET SPÉCULATION

Le vintage est en vogue et l’automobile n’y échappe pas. Rançon du succès, le marché des voitures de collection explose depuis que des investisseurs ont mis la main sur un secteur de passionnés. Le salon Rétromobile a donc grandi, sans toutefois perdre son âme : on y croise une Ferrari à 28 millions aussi bien que de belles anciennes à moins de 10.000€… Et puis c’est un lieu de rencontres !

A la recherche de placements toujours plus rémunérateurs, certains spéculateurs ont investi le « marché » de l’art contemporain, à tel point qu’il ressemble fort à une pyramide de Ponzi… Diversification oblige, ils se sont attaqués au marché des voitures de collection, faisant exploser les cotes depuis cinq ans. Mais ces spéculateurs ne nous gâcheront pas notre plaisir !

Car Rétromobile est avant tout un salon de passionnés et d’amateurs qui prennent simplement du plaisir à déambuler dans les allées. Plaisir des yeux en découvrant des modèles exceptionnels ou populaires, mais aussi plaisir d’acheter un accessoire, une affiche, une miniature… Rétromobile reste une occasion unique d’enrichir sa culture automobile, la possibilité d’échanger avec des passionnés, des membres de clubs, des marchands, des restaurateurs, et pourquoi pas rêver à un prochain achat… Le passé a toujours un futur !


Retromobile-passe-futur

Si les voitures anciennes ont la cote, ce n’est donc pas seulement le fait des spéculateurs. Le grand public, moins fortuné, est également de plus en plus intéressé par le patrimoine automobile et la perspective de conduire autrement. 120.000 personnes sont attendues pour cette 41ème édition, du 3 au 7 février. Désormais installé dans le Hall 1 à la Porte de Versailles, le salon bénéficie de plus de place pour présenter cette année 500 voitures anciennes, 450 exposants, 120 clubs et 50 artistes.

Les constructeurs automobile

L’intérêt grandissant du public pour les voitures anciennes est une tendance de fond. Ils sont une dizaine de constructeurs à l’avoir compris et à s’être installés cette année à la Porte de Versailles, alors que de mémoire ils n’étaient que trois il y a 11 ans, au Salon 2005 (Renault, Mercedes et le regretté MG Rover). Je fais le pari qu’il seront encore plus nombreux dans les années à venir, quand les « retardataires » auront intégré le fait que l’histoire est un puissant vecteur de communication, créateur de lien et d’engagement. En attendant, je vous engage à aller voir ces stands qui font le lien entre passé et présent, certes au service du story-telling des marques mais surtout pour notre plus grand plaisir ! A ce titre, le stand Renault présente des modèles emblématiques de l’implication du constructeur en sport automobile, de quoi patienter avant le lancement de la nouvelle Alpine !

Stand Renault

Stand Renault

 

De nombreux stands et animations viennent pimenter la visite de Rétromobile… impossible de les citer tous, en voici quatre :

La Galerie des Artistes

Célébrant ses cinq ans, cet espace regroupe plus de cinquante artistes débutants ou confirmés en provenance du monde entier. Peintres, sculpteurs ou photographes, tous les supports, toutes les sensibilités et tous les plus grands talents qui cultivent un goût certain pour l’automobile et la locomotion au sens large. Leur présence à Paris est l’occasion de rencontres singulières et émouvantes.

Rétromobile-Galleries-des-artistes

L’exposition « Lartigue et les autos »

Elle est consacrée à la passion de Jacques Henri Lartigue pour les automobiles de course. Comment penser aux photographies de Lartigue sans penser à « L’auto déformée » ? Une image devenue presque un « logo » de Lartigue. Elle condense, en effet, plusieurs des qualités inhérentes à la photographie de Lartigue : le mouvement, le dynamisme, la modernité et la beauté. Mais il ne faut pas résumer le talent du photographe à L’auto déformée, la preuve en image…

Rétromobile-Lartigue

Le stand de Lukas Hüni AG

Comme chaque année, Lukas Hüni AG expose une importante sélection de voitures historiques de collection sur son stand S63 situé dans le pavillon 1. Plutôt que des voitures à vendre, le but est de montrer des automobiles qui sont parmi les plus importantes au monde, souvent cachées dans des collections privées et généralement non accessibles au public. Comme par exemple cette Aston Martin DB3 S de 1955, l’un des 20 exemplaires construits avec une carrosserie Barchetta dessinée par Frank Feeley.

Rétromobile-Aston_Martin-DB3S

Les ventes aux enchères Artcurial

2015 a été l’année de la consécration pour Artcurial Motorcars qui confirme sa position de leader en Europe dans les ventes aux enchères de voitures de collection. En organisant les ventes officielles du Salon Rétromobile, Le Mans Classic et les ventes Automobiles sur les Champs-Élysées, le volume de vente de ce département dirigé par Matthieu Lamoure est passé de 6 M€ en 2009 à 71 M€ en 2015.

Cette année, Artcurial organise 3 ventes à Rétromobile :

  1. Vendredi 5 février à 15h : Vente principale
  2. Samedi 6 février à 11h : Automobilia
  3. Samedi 6 février à 15h : Vente Citroën

Ce vendredi 5 février seront présentées 130 automobiles dont 5 Ferrari majeures dans leur catégorie:

  • Ferrari 335 S Spider Scaglietti de 1957 provenant de la collection de Pierre Bardinon (estimation : 28 à 32M€)
  • Ferrari 250 GT SWB Berlinetta de 1963 provenant de la collection d’Antoine Midy (estimation : 9 à 12 M€)
  • Ferrari 250 GT Cabriolet Série 2 de 1962, Ex Roi du Maroc, provenant de la collection d’Adrien Maeght (estimation : 1,4 à 1,8M€)
  • Ferrari 365 GTB/4 Daytona de 1972 (estimation : 750K à 900 K€)
  • Ferrari Testarossa Spider de 1986 fabriquée spécialement pour Gianni Agnelli (estimation : 700K€ à 1,1M€).
Ferrari 335 Spider Scaglietti

Ferrari 335 Spider Scaglietti, la star du salon !

 

Et puis le samedi 6 février, Artcurial Motorcars célèbrera une histoire automobile française : celle de Citroën. Une quarantaine de modèles réunis par André Trigano, complétés par une dizaine d’automobiles de la marque aux chevrons, en retraceront l’histoire. Il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses, des plus anciennes (nombreux modèles des années 20 estimés entre 15.000 et 25.000€) aux youngtimers (et même une C6 de 2007, futur collector!). Des populaires (superbes 2CV), des hauts de gamme (belles DS) jusqu’aux modèles exceptionnels, comme cette Traction 11B Cabriolet de 1939 estimée entre 140.000 et 200.000€.

Rétromobile-Collection-Trigano-Citroën-Traction-11B-Cabriolet

Bref, un Rétromobile plus passionnant que jamais ! Un seul regret : le tarif de 18€ (gratuit pour les moins de 12 ans) n’est pas très vintage… Achetez votre billet sur le web, vous économiserez 2€. « C’est toujours ça de pris », comme disait ma grand-mère ! https://www.retromobile.com




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre