Alpine_Vision-Alpine_A110

LA BELLE VISION D’ALPINE

Vingt ans après que la dernière Alpine A610 Turbo soit sortie des chaines de Dieppe, le retour d’Alpine se précise avec l’Alpine Vision. Un dernier concept au design très proche du futur modèle de série. Excitant !

UNE GESTATION DIFFICILE

On peut dire que Renault nous tient en haleine depuis quelques années ! Après les prototypes un peu rustiques (A710) ou baroques (Z11) des années « Le Quément », c’est la Renault DeZir présentée au Mondial de l’Auto 2010 qui avait relancé l’espoir. Bien que badgée Renault et inspiratrice de la future Clio 4, certains passionnés voyaient dans ce concept dessiné par Jan Jarsalle (sous la direction de Laurens van den Acker fraichement arrivé) un potentiel pour une nouvelle berlinette. DeZir fut en fait l’inspiratrice du concept Renault Alpine A110-50 présenté au Grand Prix de Monaco en 2012, et qui allait mettre le feu aux poudres : était-il seulement là pour célébrer les 50 ans de l’Alpine A110 ? Non : en novembre, Carlos Ghosn annonçait la renaissance de la marque et un nouveau modèle pour 2016, en joint-venture avec Caterham. Les deux années qui suivirent brouillèrent les pistes : abandon du projet de partenariat avec Caterham en 2014 et présentation de l’improbable concept-car Alpine Vision Grand Turismo en janvier 2015. Heureusement, Renault arrêta de jouer avec nos nerfs en juin dernier : lorsque l’Alpine Célébration fut dévoilée au Mans, on comprit que l’inspiratrice de la renaissance d’Alpine est bien l’A110.

Alpine_Vision-avant

LE BOUT DU TUNNEL EN 2017

Avec l’Alpine Vision présentée le 16 février à Monaco, on se rappoche encore du modèle de série. Elle préfigure à 80% ce que sera la nouvelle Alpine (A120 ? AS1 ? AS110 ?) dont vous pourrez prendre le volant au deuxième trimestre 2017. Oui je sais, c’est encore loin 2017 ! Renault est passé maitre dans l’art du teasing et il faudra aussi patienter quelques mois pour avoir des informations précises sur le modèle. Mais ne boudons pas notre plaisir : elle est belle, à l’extérieur comme à l’intérieur ! Jean Rédélé, créateur d’Alpine en 1955 et décédé en 2007, serait certainement heureux d’assister à une telle renaissance.

Alpine_Vision-arriere

UN DESIGN INSPIRÉ

Le designer Antony Villain a réussi son évocation de l’A110, claire et nette sans être caricaturale. Une vision moderne de la berlinette des années 60, avec des lignes pures et sensuelles, plus musclées que son ancêtre. Presque trop musclées d’ailleurs, au niveau des passages de roues… Ça se joue à peu de choses, mais si la version définitive bénéficiait de voies un peu moins larges (avec des jantes plus petites d’un ou deux pouces et des pneus moins « taille basse »), l’Alpine y gagnerait en finesse. Quant au design intérieur, on croise les doigts pour qu’il soit le plus proche possible du concept Vision : sièges baquets à structure métallique apparente, superbes boutons poussoirs, instrumentation digitale, platine multimédia accouplée à une horloge analogique… l’ambiance à bord est résolument technique, sportive et contemporaine. Carton plein. A lire, l’analyse comparative détaillée du design de l’Alpine Vision VS l’Alpine A110 par le chef de la rubrique design d’Auto Plus : COMPARAISON DESIGN ALPINE VISION ET BERLINETTE

Alpine_Vision-intérieur

DES VALEURS SIMPLES ET FORTES

  • L’authenticité et le savoir-faire : made in Dieppe, le site historique d’Alpine et des modèles RS
  • La légèreté : châssis en aluminium développé par Renault Sport
  • L’agilité : moteur en position centrale arrière
  • La sensualité : design sportif sans agressivité.

« La légèreté est dans l’ADN d’Alpine. Elle autorise l’emploi d’un moteur moins puissant, des freins moins imposants, pour réaliser de hautes performances tout en offrant un moindre niveau de consommation et d’émission de CO2, soit moins de malus et de TVS en France, ce qui est aussi un critère que nos clients vont prendre en compte » (Arnaud Delebecque, directeur de gamme commerciale Alpine).

Alpine_Vision-tableau_de_bord

QUEL MOTEUR ?

L’ADN d’Alpine et plus particulièrement de l’Alpine A110, l’icône inspiratrice de la renaissance de la marque, c’est le sport, l’agilité, la légèreté associés à un moteur Renault de grande série et de petite cylindrée « optimisé ». Il s’agirait probablement d’un dérivé du 1,6 litre turbo de la Clio RS (200ch dans la Clio), qui passerait à 1,8 et serait accouplé à une boite à double embrayage. Il développerait deux puissances, autour de 250 ch et 300ch. A confirmer, mais Alpine revendique 4,5 secondes de 0 à 100km/h… Pas mal ! Une chose est sûre : l’Alpine sera une propulsion à moteur en position centrale arrière.

Alpine_Vision-console

QUEL PRIX ET QUEL VOLUME DE PRODUCTION ?

« Une Alpine de collection se négocie dans les 80 000 euros, nous serons en dessous de ce prix » (Carlos Ghosn). Ah ah, nettement en dessous espérons-le, pour les clients potentiels comme pour le succès du modèle ! La référence à la cote des A110 (en réalité entre 50.000 et 100.000€ suivant les versions) paraît surprenante. Le marché de l’automobile de collection a explosé ces dernières années et retombera peut-être prochainement, sans aucune corrélation avec le prix du neuf. Par ailleurs, la nouvelle Alpine ne sera pas en concurrence avec l’A110 mais avec les Alfa Roméo 4C, Lotus Elise, Porsche 718 et Cayman. Bref, pour être concurrentielle, la future Alpine devrait se situer entre 50.000 et 60.000€, suivant les versions (250ch et 300ch) et équipements. Mais en fait, tout dépend du volume de vente prévisionnel (qui n’a pas été communiqué)… L’objectif mondial se situe vraisemblablement dans les mêmes eaux que l’Alfa Roméo 4C et l’ensemble de la gamme Lotus, autour de 3.000 voitures par an. Cela constituerait déjà un niveau de production jamais atteint dans l’histoire d’Alpine. Pour faire plus, il faudra investir l’Asie et surtout l’Amérique du Nord, en contenant le tarif sous les 45.000€ pour la version de 250ch. Dans un deuxième temps, une version 1,3 turbo développant environ 200ch (moteur en cours de développement avec Mercedes) pourrait permettre de proposer un prix d’accroche sous la barre des 40.000€, gage de volume.

Alpine_Vision-optique

QUELS MARCHÉS ?

Le lancement débutera par l’Europe au 2ème trimestre 2017 mais les autres régions du monde suivront. En effet, sur un marché mondial de 200 000 voitures de sport qui pourrait croître de 50% d’ici à 2020 selon Renault, 40% sont vendus en Amérique du Nord, 35% en Europe et 15% en Asie. En Europe, les ventes de ce segment se font essentiellement en Allemagne (30%) et en Grande-Bretagne (30%), la France ne représentant que 7%… Mais avec la nouvelle Alpine, ce chiffre devrait grimper !

Car entre les allemandes cossues qui misent sur la puissance et les italiennes et anglaises radicales, il y a une place à prendre pour Alpine, une marque authentique qui peut s’appuyer sur une belle histoire et sur un nouveau modèle en phase avec l’ADN de la marque. Si la « promesse » est tenue et qu’Alpine propose une expérience client aussi enthousiasmante que le produit ainsi qu’un prix pas trop élitiste, la marque sera en mesure de convaincre les clients de sportives au-delà des fans d’Alpine et le succès sera au rendez-vous !

Et maintenant découvrez le futur SUV Alpine ici : http://buylesschoosewell.com/un-suv-alpine/

Le site web d’Alpine : https://alpinecars.com/fr/




Il y a 2 commentaires

Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire