Armes-Campus-Texas

GODE CONTRE GUN AU TEXAS

Le Texas a voté une loi autorisant le port d’arme sur les campus universitaires. Oui, vous avez bien lu, ceci n’est pas un article du Gorafi. Pour protester, Jessica Jin a lancé une idée amusante : que les étudiants viennent à la fac avec un gigantesque sextoy attaché à leur sac à dos. Paradoxe : au Texas, les « dildos » sont interdits sur les campus…

Illustration d'Aubrey Langford pour la page facebook de Jessica Jin : "Campus Dildo Carry"

Illustration d’Aubrey Langford pour la page facebook de Jessica Jin : « Campus Dildo Carry »

SEXTOY VS ARME

Afin de promouvoir son idée et lutter contre l’application de la loi qui devrait entrer en vigueur le 1er août 2016, Jessica Jin a lancé une Page « Evénement » sur facebook (Campus DILDO Carry). Elle invite à manifester avec un « dildo » le 24 août, jour de la rentrée. Imaginez cette scène tragi-comique : des policiers courant après des centaines d’étudiants équipés d’un gode, mais laissant les étudiants armés se balader tranquillement… La page, qui rencontre un grand succès, est ici : https://www.facebook.com/events/1686524198249678/. Partisants et opposants au port d’arme s’y confrontent, chacun son idée de l’american dream… On y voit donc des arguments construits, par exemple statistiques comme celui-ci…

Armes-Campus-Texas-Statistiques

… Mais aussi des « arguments » étranges, comme celui-là :

Armes-Campus-Texas-Lobby

ACHETER UNE ARME VS AVORTER

Une autre initiative, repérée par l’excellente newsletter quotidienne TTSO (Time To Sign Off), vient du compte instagram « Roonpdx ». Il se pose la question suivante : « Et si on traitait chaque jeune homme voulant s’acheter une arme comme une femme désirant avorter : obligation d’attendre 48h00, permission des parents, lettre du médecin traitant assurant que l’aspirant acheteur comprend ce qu’il envisage de faire, obligation de regarder une vidéo sur les effets de la violence par armes et une échographie anale (pourquoi ? Parce que !). [Cela imposerait aussi] de ne conserver qu’un seul magasin d’armes par état, de demander au jeune homme de faire des centaines de km pour s’y rendre, de poser un congé et de passer la nuit dans une ville inconnue. Enfin [pour se rendre au magasin] notre jeune homme devrait fendre une foule de gens brandissant des photos de proches tombés sous les balles, le traitant de meurtrier et le suppliant de renoncer à son achat. Ça semble avoir plus de sens de faire ça en ce qui concerne les jeunes hommes et les armes qu’en ce qui concerne les femmes et la santé publique, non ? Enfin je veux dire, on n’a jamais entendu parler d’une femme ayant avorté, assassinant une foule en quelques secondes, non ? ».

Armes-Campus-Texas-Etudiants

Si vous n’êtes pas abonné à la newsletter TTSO (est-ce possible ?), c’est par ici : http://timetosignoff.fr




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre